• Shirley Garrier de the social food
  • Shirley Garrier de the social food
  • Shirley Garrier de the social food
  • Shirley Garrier de the social food
  • Shirley Garrier de the social food
  • Shirley Garrier de the social food

Shirley Garrier de the social food

Shirley, c’est la moitié du duo the social food, un studio de création autour de la food, et la maman depuis quelques mois de Milo. Deux bonnes raisons d’échanger avec elle sur son métier, qu’elle partage avec son compagnon Mathieu, sur la relation parfois complexe entre nourriture, grossesse et maternité et d’en savoir plus sur le mois d’Or, un rituel post-partum très présent dans la culture asiatique. Rencontre !

Bonjour Shirley, peux-tu te présenter en quelques mots ?
Je m’appelle Shirley, j'ai 30 ans et je suis fraîchement maman d’un petit Milo.
Dans la vie je suis chef/food styliste et photographe culinaire avec Mathieu ma moitié nous avons monté The social food il y a 3 ans.

Peux-tu nous parler de The Social Food ?
The social food est en perpétuelle évolution, mais en bref c’est un studio de création autour de la cuisine.
Nous touchons à tous les médiums possibles, nous ne faisons jamais la même chose : un jour on sera DA pour un restaurant, un autre jour styliste food pour une pub ou encore graphiste et photographe pour un livre de cuisine.

Tu travailles avec ton compagnon Mathieu, comment c’est de travailler en couple ?
Avec Mathieu nous nous connaissons depuis l’âge de 14 ans, on a d’abord été meilleurs amis donc on a toujours eu les mêmes passions et surtout une vision claire du style de vie que l’on voulait avoir avant même d’être en couple.
La communication est toujours fluide, ce qui nous empêche pas de nous disputer, et on trouve ça important les disputes. On part du principe qu’il n’y a pas de sujet inutile, la communication c’est le plus important.

La grossesse peut être un moment compliqué lorsqu’il s’agit de food, as-tu adapté tes recettes du quotidien ?
Je pourrais écrire un livre à ce sujet :) 
En France la liste des ingrédients interdits est impressionnante , j’ai une amie qui était enceinte au même moment à Tahiti et elle n’avait pas les mêmes recommandations et mangeait du poisson cru tous les jours quasiment! Comme quoi il y a une part culturelle.
Mais j’ai surtout découvert  la Culpabilité !

Enceinte on devient un bien public, à commencer par le toucher du ventre sans autorisation et tout le monde y met du sien pour culpabiliser les femmes, sur ce qu’elles doivent faire ou ne pas faire et encore plus en matière d’alimentation ! Chacun a ses recommandations et c’est vite fatiguant , car le moindre aliment suspect fait l’objet d’une remarque.
On ne s'intéresse pas aux femmes en général et on préfère dire que tout est interdit dès qu’il y a le moindre doute plutôt que de faire de vraies études sur la question.
Je reste persuadée que si c’était les hommes qui tombaient enceintes on aurait déjà la liste exacte des interdictions … Actuellement, on préfère répéter  « ohh c’est quoi 9 mois sans manger ce que tu veux, c’est rien du tout » !

J’ai lu qu’il y avait plus de risques de se faire renverser par un bus que d’attraper la listériose en mangeant du poisson cru enceinte, quand j’ai appris ça je suis retournée dans mon sushi bar préféré !
J’ai juste fait une croix sur les viandes crues, la charcuterie et l’alcool sinon tout le reste je ne me suis pas privée. C’est juste une question de bon sens et de fraîcheur , enceinte ou pas je n’irais pas manger une huître qui a 10 jours ou un poisson cru en barquette au supermarché.

Tu es maman depuis peu, comment vis-tu l’arrivée de Milo ?
Évidemment je suis aux anges et j’ai le sentiment d’avoir créé le plus beau bébé du monde comme toutes les mamans :)
Mais pour être honnête, j’ai trouvé les premiers 10 jours extrêmement violents d’un point de vue physique et mental, j’ai eu beau me préparer durant 9 mois, j’étais loin d’imaginer cette période de post-partum aussi intense.
Je regrette que l’on en parle pas plus en général, on sait tout de la grossesse, on est le centre de toutes les attentions mais après l’accouchement la mère est totalement délaissée, livrée à elle même comme si la maternité était évidente chez toutes les femmes et on n’est pas du tout préparée à ce qui va nous arriver, (lochies, montée de lait, sommeil, nuit de java, pic de croissance, fatigue etc …).
C’est dommage, car la grossesse en soit c’était du gâteau à côté du post partum, je trouve.

Peux-tu nous expliquer ce qu’est le mois d’Or ?
Ce sont les 40 jours qui suivent l’accouchement dans la culture asiatique, mais on retrouve ce principe aussi au Mexique ou en Afrique. 
C’est le temps qu’il faut pour que l’organisme d’une maman recommence à fonctionner normalement et à guérir. Ainsi, les six semaines qui suivent la naissance sont en général considérées comme une période dédiée au rétablissement des mères.

En France, si la mère fait l’objet d’attentions particulières durant toute sa grossesse, passé l’accouchement c’est un peu le flou et on est très peu informées sur la suite.
J’ai eu du mal à trouver des informations claires sur le sujet, c’est un sujet encore tabou en occident et c’est dommage car on sait que la « dépression post-partum»  touche 20% des femmes en France contre seulement 3% en Asie.

Une recette de ton mois d’Or à partager avec nous ?
En médecine chinoise on dit que pour soutenir la récupération physique et émotionnelle, et pour rééquilibrer l’énergie vitale, on incite les mères à préserver leur chaleur interne. On conseille donc de manger exclusivement chaud et de boire beaucoup de bouillon d’os (cuisson 6h minimum pour avoir les bienfaits du collagène).
Les os procurent beaucoup de minéraux car la moelle qui vient des os apporte de la vitamine A, K2, des oméga 3 et 6, des minéraux comme le fer, le zinc, le sélénium et le manganèse. 
La gélatine contenu dans le bouillon est un antioxydant très puissant, qui joue un rôle central dans le processus de détoxication et dans le bon fonctionnement du système immunitaire.

Voici la recette pour 1L environ de bouillon :
1 carcasse de poulet 
1 carotte 
1 échalote 
1 gousse d’ail
1 branche de céleri 
quelques vert de poireaux 
quelques queues de shitakés 
1 cac de gros sel
3 grains de poivre de phu quoc
1 cas de nuoc mam
1 beau morceau de gingembre 
2 l d’eau filtrée

Cuire le tout 6h à feu doux avec un couvercle, écumer de temps en temps, filtrer et c’est prêt !

Le meilleur conseil de maman que l’on t’ai transmis?
Être indulgente avec soi, aimer et accepter ce nouveau corps qui nous a fait le cadeau de la vie.

Ton adresse préférée à Paris ?
J’adore Ogata, je trouve ce lieu magnifique, il me rappelle toute l’esthétique que j’affectionne au Japon.

Ta destination food préférée ?
Le Japon sans hésitation ! Et plus particulièrement les Alpes japonaises.

Ton moment préféré de la journée ?
J’aime me lever très tôt, avant tout le monde en général, j’aime ce sentiment de « prendre de l’avance ».

Ton produit Minois préféré ?
J’adore la Crème Douce pour le visage qui sent si bon.

Merci beaucoup Shirley <3
Pour en savoir plus sur The social food, retrouvez les sur Instagram 

Photos @shirleygarrier et @thesocialfood

Product added to compare.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies et notre politique en matière de confidentialité. EN SAVOIR +